21août

Nigtly News, un comics à savourer

Retour |

A New York, un homme est abattu en pleine rue par un tireur embusqué. Attirés par ce fait divers et à l’affût du moindre scoop, une nuée de journalistes investit les lieux pour l’article du lendemain, le filet internet ou le direct du soir. C’est alors que débute le massacre, les reporters se faisant assassiner les uns après les autres par différents snipers.

Pire, l’arrivée d’autres membres de la profession pour couvrir ce carnage ciblé ne fait que l’amplifier, ceux-ci devenant à leur tour les victimes de tireurs mus par une vendetta semble-t-il dirigée contre l’ensemble des médias d’informations et leurs représentants : les journalistes...provoquant une terrible réaction en chaîne.

Retour deux ans en arrière, John Guyton, ancien haut cadre de la finance qui a tout perdu du fait d’une campagne de presse à son encontre, en est réduit à arpenter les rues en mendiant. Un homme lui tend la main, nommé Frère Alexander, et lui apprend que sa situation n’est pas due au hasard mais à des hommes de l’ombre, riches et omnipotents, qui orientent la presse avec pour seules visées la maximalisation de leurs profits et surtout l’augmentation de leur affluence.

Convaincu des arguments et preuves apportés par ce nouvel “ami” - qui est aussi appelé “La Main” -, Guyton a depuis rejoint l’organisation dont fait partie Frère Alexander, “La Première Eglise de la Fraternité de la Voix” tout autant fraternité secrète que rassemblement de “victimes” des médias, secte vengeresse que groupement terroriste. Car tous ses membres, perdus et revanchards, sont convaincus d’avoir été sciemment, méticuleusement et irrémédiablement brisés par le monde de la presse.

Nés d’un dérapage médiatique, ils sont toutes et tous les produits d’une surexposition médiatique brutale et incontrôlée, enfants naturels de fausses informations, d’erreurs manifestes et passées sous silence, de rumeurs entretenues par des journalistes incompétents ou/et malveillants, avides de scoops réels, bancals ou simplement fantasmés. Le résultat en a été pour toutes et tous le même : un lynchage social et médiatique effroyable.

Désormais, ils participent à la croisade meurtrière de “La Première Eglise de la Fraternité de la Voix” qui n’a qu’une seule et unique vocation : faire payer le 4ème pouvoir - les médias -, ceux qui l’incarnent - les journalistes - et ceux qui le télécommande - les “hommes de l’ombre” -. L’organisation de “La Première Eglise de la Fraternité de la Voix” est des plus simples : “La Voix”, Grand Maître inconnu et tout puissant communique par cassette audio à bandes ses ordres et orientations à “ La Main” - avant Frère Alexander, désormais John Guyton - qui, seule a le privilège de les écouter, de les relayer aux fidèles et de faire exécuter sa volonté. Une spirale de violences débute ainsi avec les exécutions de journalistes de New York, bien loin d’être aussi innocentes et beaucoup plus orientées qu’elles n’y paraissent, surtout lorsque certaines considérations politiques s’en mêlent... A l’arrivée, Nightly News s’avère une réflexion sur les médias teintée de polar politico-social, une proposition réflexive dense et captivante. A découvrir absolument.

Avec Nightly News, Hickman livre une œuvre d’exception qui parle du monde contemporain à travers le prisme d’une corporation et de sa nature fluctuante, de sa mission et de sa raison d’être, de ses errances et de ses liens avec d’autres entités / corporations / institutions ; il nous parle de la dérive des médias, de l’activisme forcené, toujours dans leur sens, des plus fortunés, de la démission “avec intérêts” de certains membres de l’establishement, de leur choix de jouer l’intérêt particulier, leur intérêt, contre l’intérêt général : un état des lieux, une radiographie cruelle quoiqu’exagérée d’un monde en pleine déliquescence.

La presse, censément et idéalement garde-fou de telles pratiques et orientations, est ainsi présentée comme étant devenue le bras armé de cabales artificielles et d’intérêts aussi obscurs qu’inavoués, aussi secrets que privés, téléguidés par des hommes de l’ombre qui ne recherchent que leur profit. Sa liberté et son indépendance sont présentées comme chaque jour rognées et remises en question, la recherche de sensationnalisme “rapide” et du scoop “facile” - entendre émotionnel - ayant remplacé toute investigation réelle validée par une enquête au long cours aux éléments concrets.

Pour l’auteur, si cet état des lieux clairement excessif - même si la situation des grands organes de presse à l’aune des USA tend à accréditer sa vision - passe par une mise en scène parfois choquante et complexe, elle doit s’accompagner d’’éléments objectifs - présentés via des “capsules d’informations” étayant le propos de faits avérés (tableaux, graphiques et données brutes...) - et d’un certain parti pris, tantôt sérieux, tantôt narquois, qu’il délivre sous forme de voix off, impliquant directement le lecteur - celui-ci devant choisir de trier ou non les informations délivrées, et donc d’accepter certains éléments ou de s’en passer, au risque d’en avoir une vision biaisée -.

Ses aller et retour incessants entre fiction et réalité aboutissent à une certaine perte de repère et surtout à des interrogations légitimes quant à la place, l’usage, l’influence et le poids des médias aujourd’hui. C’est un pamphlet anti-manipulation médiatique qui interpelle le lecteur, lui donnant certaines clés pour comprendre et intégrer correctement l’information, garder une certaine distanciation et surtout l’invite à demeurer perpétuellement en éveil et actif - et en aucun cas passif - quant au flux ininterrompu de brèves, nouvelles, entrefilets dont il est sans cesse bombardé. Comme à son habitude, Hickman s’attache à présenter et déconstruire nombre de sujets ardus - la morale, la liberté d’expression, les pouvoirs et leurs abus, les médias, la propagande et l’endoctrinement, le terrorisme et le prosélytisme, la violence et sa légitimité... - tout en évitant tout parti-pris pour permettre au lecteur de se faire sa propre idée. Un comic-book riche, complexe et évitant d’imposer un prêt-à-penser pour proposer à chacun de développer sa propre réflexion, cela se savoure véritablement. A dévorer.

Scénariste et dessinateur de Nightly News, Jonathan Hickman a su faire rimer forme et fond comme rarement à travers un récit fort, à la charte graphique particulière illustrant et magnifiant le propos présenté. Le visuel très travaillé, le choix du découpage des pages, les couleurs à l’avenant et la forme particulière du comics permettent à la narration, aux bulles informatives et aux dessins proprement dits de coexister de manière harmonieuse et presqu’organique. Une réussite tant visuelle que narrative, pour un récit aussi conceptuel que symbolique. Outre cette œuvre “à part”, Jonathan Hickman est le scénariste multi primé de The Manhattan Project ; East of West (Image Comics) ; Avengers ; Infinty et Secret Wars (Marvel Comics). Il est aujourd’hui l’artisan du retour gagnant, critique comme public, des X-Men, toujours chez Marvel.

Pour qui : toutes celles et tous ceux à la recherche d’une réflexion de haute volée qui ne prend pas par la main et aux graphismes à l’unisson / à ceux qui doutent des médias et à ceux qui leur accordent une trop grande confiance /aux amateurs de fables moralisatrices sans morale et qui veulent se forger leur propre opinion / A ceux qui recherchent une œuvre à part et engagée / lecteurs avertis - dès 16 ans -

Le + : En complément de cet album, en fin d’ouvrage, est présentée une bibliographie listant les sources auxquelles il est fait référence et dont s’est servi Hickman pour son histoire – rapports, ouvrages sur les médias etc... -. Une interview avec l’auteur et une présentation technique de la partie graphique y sont également proposées.

Nightly News- broché - 272 pages - 28€ - édition française Urban Comics

Aller plus loin

Vous recherchez

L'actu en poche...

Restez informés !

Vous souhaitez être informé de la publication de nouveaux articles par e-mail, 
abonnez-vous !

Nom