09juil.

La RD 417 du Col de la Schlucht : Des travaux techniques et innovants

| |

La RD 417 qui mène au Col la Schlucht fait actuellement l’objet d’important travaux de restructuration. Le département conduit un chantier de désamiantage et teste un nouveau procédé de « bitume armé ». Explications avec Patrick Pibis, responsable du Laboratoire routier.

C’est un chantier pas tout à fait comme les autres qui se déroule actuellement sur la RD 417.  En effet, le département doit relever deux défis majeurs : éliminer une couche de surface amiantée et traiter de graves affaissements de rives.  

Un chantier de désamiantage technique et coûteux

« Parmi les couches de surface à remplacer, l’une d’entre elles, très ancienne, avait été amiantée pour augmenter sa durée de vie et faire face aux contraintes climatiques particulière du site. Cette couche est usée et oblige une déconstruction sélective de la chaussée » précise Patrick Pibis. La réglementation actuelle sur l’amiante est très stricte. Les matériaux contaminés font l’objet d’un tri et doivent être déposés dans une décharge spécialisée. Par ailleurs, les règles de protection des personnels sur le chantier sont rigoureuses : des tenues de protection, des engins avec des carrossages spéciaux et des brumisations pour éviter l’émanation de poussières sont indispensables. Un défi technique, qui conduit aussi à des délais de chantier plus longs et surtout une majoration conséquente des coûts…

Du grillage métallique pour « armer » la chaussée

En parallèle des opérations de désamiantage, le département teste un nouveau procédé de renforcement de la chaussée par un treillis métallique. L’idée est simple. Elle consiste à appliquer aux bétons bitumineux de la chaussée, le principe du béton armé utilisé dans les ouvrages de génie civil. Une armature en grillage métallique est fixée sur la chaussée, ayant comme rôle de retarder et de limiter sa fissuration. Cette technique permet également d’éviter de devoir construire des murs de soutènement. Partick Pibis explique : « Nous sommes sur une route de montagne et les accotements ont tendance à s’affaisser davantage, en cause, la topographie prononcée du site avec des pentes raides et fortes d’un côté, et de l’autre de la roche. La solution classique pour traiter l’affaissement de la chaussée est de construire des murs de soutènement. Ce type de travaux est coûteux et parfois dangereux pour les usagers. C’est pourquoi, le laboratoire a décidé de renforcer la chaussée par un treillis métallique. ».  

Il s’agit à ce jour d’une technique innovante et d’une première dans les Vosges. Ce chantier sert également de test et d’expérimentation en prévision d’autres restructurations de chaussées similaires. Ainsi, 700 mètres de grillage ont été posés sur 50% des zones d’affaissement de la route afin de pourvoir comparer son efficacité par rapport aux autres zones traitées de façon plus classique.

Le montant total des travaux s’élève environ à 1,3 millions d’euros HT.

La fin travaux est prévue pour le 17 juillet.

Aller plus loin


Vous recherchez

L'actu en poche...

Restez informés !

Vous souhaitez être informé de la publication de nouveaux articles par e-mail, 
abonnez-vous !

Nom