25mai

Une mosaïque carthaginoise à voir à Epinal

| |

Le Musée Départemental d'Art Ancien et Contemporain (Epinal) n’étant pas encore rouvert au public, Vosges Mag vous propose de poursuivre la découverte de ses œuvres à distance. Pour ce neuvième rendez-vous, (re)découvrons la mosaïque de la colline de l‘Odéon à Carthage

Cette mosaïque, découverte en 1904 au sud du théâtre romain, comprenait à l’origine quatre-vingt-seize médaillons. Seuls les médaillons du musée départemental sont conservés, ainsi qu'un fragment au musée du Bardo à Tunis. En 2018, une première campagne de restauration a été menée sur cette mosaïque afin d’évaluer son état de conservation et de procéder à un nettoyage de sa surface qui s’est progressivement encrassée.

 

Son histoire

Fondée par une colonie de Phéniciens au IXe siècle avant J.-C., la ville de Carthage devint au début de l’Empire une importante ville romaine, capitale de la nouvelle province d’Afrique. La colline de l’Odéon qui domine la mer était alors la résidence des élites. Ils s’y sont faits construire de prestigieuses villas au sein d’îlots réguliers (insulae), de 35 m sur 141 m.

Ces villas ont fait l’objet de recherches archéologiques dès la fin du XIXe siècle, alors que la Tunisie était placée sous le protectorat de la France (1881). Les fouilles menées par Paul Gauckler (1866-1911), inspecteur en chef du bureau tunisien d’art et d’antiquités, ont abouti à la découverte de nombreux pavements richement décorés parmi lesquels la mosaïque aujourd’hui conservée au Musée départemental d’art ancien et contemporain (MUDAAC).

 

Le décor de la mosaïque

Les oiseaux, poissons et l’unique lapin qui ornent cette mosaïque sont placés au sein d’anneaux dont les couleurs varient. Ces médaillons sont entourés par des rinceaux de feuilles d’olivier et de vrilles. Le bord du tapis est constitué d’un décor géométrique noir et jaune.

Cette mosaïque à trame végétalisée est caractéristique du répertoire africain et, en particulier, des xenia, c’est-à-dire des natures mortes qui ornaient les espaces d’accueil de la demeure romaine. Les fruits et espèces animales représentés démontrent l’importance accordée à l’hospitalité et symbolisent également l’éternelle fécondité du monde, tel qu’il était conçu dans l’Antiquité.

 

A la réouverture du MUDAAC, vous pourrez venir observer sur place cette mosaïque. En attendant, les collections restent accessibles sur le site internet : mudaac.vosges.fr

Aller plus loin


Vous recherchez

L'actu en poche...

Restez informés !

Vous souhaitez être informé de la publication de nouveaux articles par e-mail, 
abonnez-vous !

Nom